Recruteurs : Et si on arrêtait de négliger le parcours candidat ?

Trop souvent, nous avons tendance à oublier le parcours candidat. Et pourtant, si vous souhaitez trouver le candidat idéal, il vous faut l’attirer.

Optimiser votre parcours candidat est essentiel !

Le parcours candidat, de l’offre d’emploi à la formation en interne.

Par parcours candidat, nous entendons l’ensemble des étapes qui composent un processus de recrutement. Cela comprend donc :

  • Votre présence en tant qu’employeur sur le web. C’est-à-dire, votre site carrière, vos réseaux sociaux, les jobboards où vous publiez vos offres d’emplois ou encore vos vidéos et images valorisant votre entreprise en interne, vos équipes ou tout simplement en faisant la promotion d’une opération de recrutement.
  • Les différentes étapes nécessaires pour candidater à une offre d’emploi.
  • Les entretiens qui jalonnent votre processus de recrutement : entretien de pré-qualification et entretien(s) physique(s).
  • Les méthodes et processus mis en place pour évaluer les compétences du candidat.
  • La négociation autour du contrat de travail du ou des candidat(s) retenu(s).
  • L’intégration au sein de l’entreprise et/ou du service.
  • La formation donnée au(x) candidat(s).

Pour que chaque candidat qui postule chez vous garde un bon souvenir de cette expérience de recrutement, il est important de soigner chacune des étapes susmentionnées. Pour ce faire, il est important de vous mettre à la place du candidat et de penser chaque étape du parcours qu’il aura à suivre. Tout simplement, considérez vos candidats comme vous considérez vos clients.

Les indispensables pour valoriser le parcours candidat.

#1. Un site carrière motivant et optimisé afin de susciter l’envie.

Votre site carrière est le premier contact qu’auront les candidats avec votre entreprise. Il est donc essentiel qu’il donne envie au candidat de vous rejoindre ! Le contenu de celui-ci doit être moderne et interactif. Si visuellement, il n’est pas agréable et est resté bloqué dans les années 2000 vous risquez de décourager beaucoup de talents. Ce n’est pas un secret, le mobile à profondément bouleversé les usages : il est donc plus qu’indispensable que votre site carrière soit optimisé (responsive) pour le mobile.

#2. Aller là où sont les candidats.

Avoir un site carrière quand on a un volume de recrutement important est une nécessité c’est certain. Mais parallèlement à cela, il ne faut pas hésiter à aller sur les réseaux sociaux pour partager ses offres d’emplois et interpeller les candidats en faisant savoir que vous embauchez. Lorsque vous disposez d’un budget pour vos recrutements, faire appel à un ou plusieurs jobboards tels que MétéoJob peut également être très intéressant puisque cela vous permettra de cibler le type de candidat, de profil que vous recherchez. Le fait de diffuser vos offres d’emplois sur différents canaux de communication web renverra une image positive à vos candidats ! Vous allez plus à leur rencontre et utilisez les nouvelles technologies : l’attractivité de votre marque employeur et de votre parcours candidat n’en sera qu’enrichit.

#3. Ne pas avoir peur d’innover.

Proposez un parcours innovant par le biais des nouveaux outils de recrutement ! Le parcours candidat va renvoyer une certaine image aux postulants. A vous de déterminer le type d’image que vous souhaitez qu’ils aient.
Le fait de mettre en place des outils innovants pour les pré-qualifier comme l’entretien vidéo ; ou pour les évaluer efficacement avec des solutions qui ont fait leur preuve, comme celle proposée par Cubiks peut-être une véritable valeur ajoutée. Les candidats vivent alors une expérience de recrutement différenciante, cela valorise une fois de plus votre marque employeur et influe sur votre attractivité. Alors, n’hésitez plus et placez-vous comme une entreprise où l’innovation est une valeur essentielle !

#4. Un parcours candidat cohérent pour une expérience réussie.

C’est une question de crédibilité et de bons sens. Il faut que la façon dont vous vous mettez en avant aussi bien par votre processus de recrutement, que par votre entreprise reste cohérente. Clairement, votre discours doit être en parfaite corrélation avec votre marque employeur. Si ce n’est pas le cas, les candidats auront vite fait de s’en rendre compte à chacune des étapes que comprend le parcours candidat.

En tant que recruteur, manager ou collaborateur vous êtes de véritables ambassadeurs de votre entreprise et de sa marque employeur. Lors d’un entretien, vous devez donc également donner envie au candidat de vous rejoindre mais vous ne devez pas faire de « publicité mensongère » pour autant. Faire preuve de sincérité et présenter les choses (le poste, l’équipe, les missions, les valeurs de l’entreprise) comme elles sont réellement. Cela passe donc aussi par des informations données clairement.

Autre élément évident : prévenez-les et tenez les informés rapidement de l’avancé de leur candidature. Bien que ce ne soit pas toujours agréable, il est indéniable que le fait de tenir informé vos candidats est un indispensable incontestable. Des solutions de mails automatisés ou de triggers peuvent vous aider pour cette étape, parfois désagréable.

Réussir son recrutement étape par étape | Numéro 2 : Les erreurs à éviter lors de la pré-qualification !

#2 Les erreurs à ne pas commettre lors de la pré-qualification !

La pré-qualification des candidats est une phase du processus de recrutement qui vous permet de gagner un temps précieux. Que ce soit de façon classique par le biais d’un appel téléphonique ou de façon innovante avec un entretien vidéo différé, la pré-qualification est déterminante pour la suite du processus.

Quels sont les faux pas à éviter ?

  • Ne pas prévenir les candidats de votre appel.

La pré-qualification est un moment de stress pour le candidat. Contacter un candidat, sans l’avoir informé au préalable qu’il s’agissait d’un entretien de pré-qualification peut faire accroître ce stress.  Vous risqueriez de le contacter à un mauvais moment, où il n’est pas complètement concentré sur la discussion. Surtout, il n’aura très probablement pas eu le temps de se préparer ce qui risque d’augmenter considérablement son taux de stress ou pire, de le faire paniquer. En définitive, le candidat aura une mauvaise image de votre processus de recrutement et ne gardera pas un bon souvenir de cette prise de contact.

  • Choisir des horaires… impossibles !

Vous ne connaissez peut-être pas la situation professionnelle du candidat. Celui-ci peut être en poste dans une entreprise, le contacter aux horaires de bureau risque d’être problématique pour lui et il ne sera pas à l’aise. Il vous faut donc faire preuve d’adaptabilité et le contacter à des horaires plus « souples » comme à la pause déjeuner ou en fin de journée.

  • Confondre pré-qualification et entretien physique. 

La pré-qualification téléphonique ou vidéo et l’entretien physique sont deux choses très différentes ! Pré-qualifier un candidat vous permet de lui poser des questions afin de mieux comprendre ses motivations pour le poste à pourvoir ainsi que sa personnalité. C’est une étape du recrutement qui vous permet de vérifier que le profil du candidat, en tant qu’individu, correspond à l’entreprise, ses valeurs et sa culture. Centrez cette phase du processus de recrutement sur les soft skills ! Vous aurez tout le temps en entretien physique pour vous intéresser au CV de votre candidat, à son parcours, ses expériences et compétences.

  • Oublier que le recrutement est aussi une affaire de séduction. 

Donner envie, faire aimer, en recrutement c’est essentiel ! Le candidat connaît peut-être votre entreprise uniquement grâce à l’offre d’emploi que vous avez émise. Il est important que vous continuiez à susciter son intérêt en lui apportant des éclaircissements sur les missions du poste et l’entreprise ! Cette prise de contact est décisive pour le candidat, elle déterminera s’il a envie de continuer à s’investir pleinement pour tenter de décrocher le poste, il vous faut donc rendre les missions attractives – sans en faire trop et manquer de franchise. Le recrutement, les ressources humaines c’est aussi valoriser l’humain, le contact et un certain relationnel ! Ne soyez donc pas froid et austère, n’hésitez pas à faire preuve de convivialité !

Réussir la pré-qualification : nos conseils !

Concrètement, pour réussir l’étape de pré-qualification évitez de vous centrer sur les Hard Skills et intéressez-vous aux Soft Skills. Cette étape décisive pour le candidat mais aussi pour vous doit être un moment où l’échange est possible ! Vous aurez tout le temps qu’il vous faut en entretien physique pour questionner le candidat sur ses compétences techniques. Privilégiez les questions ouvertes, intéressez-vous à sa personnalité et ses motivations et ne posez pas trop de questions non plus. Dans le cas contraire, vous risqueriez de passer pour intrusif et d’amener à une fuite des talents dès cette phase du processus de recrutement !

Et si à la fin de la pré-qualification vous questionniez le candidat sur son ressenti suite à cette phase du recrutement ?

Avoir un retour de son expérience est un très bon moyen pour vous de mieux comprendre ce qui plaît et plaît moins. Vous évaluez et écoutez vos candidats et la meilleure façon pour vous de savoir, à cette étape ce qui va donner encore plus envie aux talents de continuer et de tout faire pour avoir le poste à pourvoir ! Parce que l’entretien téléphonique ou vidéo doit vraiment être l’occasion pour le candidat de vous prouver sa valeur, en tant que futur employé mais aussi en tant que personne. Allez au-delà des compétences en lui posant des questions pertinentes qui ne concernent pas que son CV, ses compétences et son savoir-faire ! Le savoir être, la personnalité sont essentiels et la pré-qualification est le moment idéal pour s’y intéresser : vous aurez tout le temps de vous attarder sur leur CV et leurs expériences lors de l’entretien physique.

Visiotalent - Réussir son recrutement - La pré-qualification : l'entretien vidéo différé

Certains outils, comme l’entretien vidéo différé peuvent vous aider à faire en sorte que cette phase du recrutement soit une réelle expérience, pour vous comme pour le candidat. Avec les solutions d’entretien vidéo différé, vous paramétrez quelques questions et invitez le candidat à y répondre, quand il le souhaite, en vidéo. Celui-ci est prévenu par mail et/ou sms que vous l’avez invité à la première étape du processus de recrutement : la pré-qualification par le biais d’un entretien vidéo différé. Il dispose alors de plusieurs jours pour répondre à vos questions, en vidéo, il peut alors s’organiser comme bon lui semble pour faire son pré-entretien ! Vous gagnez un temps considérable, une vidéo ne durant que 4 à 5 minutes maximum et proposez une façon innovante et digitale de pré-qualification à vos candidats.

Et si le langage corporel numérique pouvait être utile aux RH ?

L’importance du langage corporel lors d’un entretien d’embauche n’est un secret pour personne.
De nombreux articles dédiés à ce sujet traitent de son importance ou tentent de conseiller les candidats.

Mais connaissez-vous le langage corporel numérique ?

Tout comme le langage corporel “classique” il représente une source d’indices précieux pour quiconque s’y intéresse.

Zoom sur le langage corporel numérique, fruit de la digitalisation de notre société.

Les pratiques commerciales, ont ces dernières années, fortement évolué. C’est un fait, le client est de plus en plus informé. Il cherche, interroge, surveille : les moteurs de recherche – essentiellement Google ; et les réseaux sociaux sont ses outils de prédilection avant d’effectuer un achat.
Les entreprises, les marques et de facto, les commerciaux ont donc dû s’adapter. Bref, le client est plus que jamais roi et les pratiques commerciales se sont mises à s’aider d’outils pour mesurer les actions de ce nouveau client ultra connecté.
Apparaît alors le langage corporel numérique ou digital body langage …

Par langage corporel numérique on entend toutes les actions effectuées par l’internaute, sur le web, lors de sa recherche sur un produit ou un service. Chacune de ces recherches est en réalité une précieuse source d’informations sur le comportement, les envies et besoins de cet internaute, potentiel client. Pour que les actions de cet internaute deviennent une source d’informations, il faut pouvoir l’identifier, la regrouper et la comprendre.
L’objectif pour le commercial étant de créer des Buyer Persona.

Comment le langage corporel numérique peut-il être utilisé par les ressources humaines ?

Visiotalent-Le-langage-corporel-numérique-et-les-RH

Nous partons là d’une idée simple : un candidat, quel qu’il soit, peut être un client et/ou un futur collaborateur pour les entreprises. De facto, celles-ci prennent alors le statut de marques qui ciblent les candidats et doit valoriser son image. La marque employeur est là.

Alors le concept de Digital Body Langage qui analyse le comportement des internautes est-il transposable aux ressources humaines ?

Tout laisse à penser que les recruteurs pourraient apprendre beaucoup du langage corporel numérique.
En effet, les recruteurs pourraient avoir une nouvelle source d’informations sur les motivations du candidat, son taux d’intérêt pour l’entreprise, le poste ou les missions, la motivation qu’a celui-ci à rejoindre la société. Plus encore, à un stade moins avancé du processus de recrutement, on peut imaginer qu’il pourrait en apprendre plus sur le parcours du candidat. Pourquoi n’est-il pas allé plus loin que l’offre d’emploi ? Pourquoi avait-il commencé à envoyer sa candidature pour finalement ne jamais le faire ?

Cela peut sembler assez utopique comme démarche mais n’y-a-t-il pas meilleure époque que la nôtre pour hypothétiser ainsi ?

Pour comprendre le langage corporel numérique il faut avant tout savoir quoi chercher mais aussi où le chercher.

Pour cela il est nécessaire de se mettre à la place du candidat. L’intérêt est alors de déterminer les axes et canaux à privilégier dans notre recherche.

Alors pourquoi ces pratiques commerciales ne seraient elles pas transposables aux RH ? Si nous changeons les paramètres de recherches pour en établir de nouveaux, propres aux ressources humaines, le langage corporel numérique pourrait-il permettre aux recruteurs d’optimiser leur processus ?
Nous aimons à penser que oui, puisque cela lui permettrait de comprendre peut être plus ou mieux les actions du candidat, son parcours et son expérience.