Les Digital Natives bousculent le fonctionnement des entreprises !

Ils sont nés entre le début des années 1980 et le milieu des années 1990. Ils ont entre 18 et 35 ans et arrivent, depuis quelques années, sur le marché de l’emploi.

Les Digital Natives sont nés en même temps qu’Internet et les Réseaux Sociaux qu’ils maîtrisent mieux que leurs aînés.

Génération 3.0, ils bousculent de plus en plus le fonctionnement des entreprises et leur façon de recruter. Zoom sur cette génération hyper connectée et disruptante !

Les Digital Natives mènent l’enquête sur les réseaux !

Visiotalent - Les Digital Natives bousculent le fonctionnement des entreprises - Norman fait des vidéos

Les Digital Natives sont très présents sur les réseaux sociaux et n’hésitent pas à suivre et googliser les entreprises qui les intéressent. Il est donc important, en tant qu’entreprise employeur, de faire attention à sa présence sur les réseaux et à son e-réputation. Comment est-ce qu’on parle de vous sur les différents médias digitaux ? Est-ce positif ? Si non, comment répondez-vous à ces commentaires ou remarques négatives ? Il est important de ne pas rester passif et de connaître la façon dont on parle de vous pour réagir et « désamorcer » tout ceci.

Les Digital Natives donnent beaucoup d’importance au réseau, à ce que disent les personnes anciennement ou actuellement en poste dans l’entreprise dans laquelle ils postulent. Ils se méfient des discours corporates qu’ils associent aisément à une stratégie de marketing, d’autant plus si le discours semble fabriqué de toute pièce et en incohérence avec ce que l’on dit de vous.
En conséquence, ils se fient plus aux discours des employés qui, par continuité peuvent être de véritables ambassadeurs de votre entreprise, de votre marque employeur.

Vous n’êtes donc plus pleinement maître de la façon dont vous communiquez en tant qu’entreprise qui recrute et emploie. Votre meilleur allié sera à n’en pas douter la transparence !

Jouez carte sur table pour attirer les Digital Natives !

Visiotalent - Les Digital Natives bousculent le fonctionnement des entreprises

Jouez franc jeu et n’essayez pas de dissimuler ou de tromper les candidats. Vous devez avoir pleine conscience du statut dont vous bénéficiez en tant qu’entreprise employeur. Insistez sur les avantages qu’il y a à vous rejoindre et soyez attractif mais ne faites pas de promesse que vous ne pourrez pas tenir. Parce qu’ils vont vous googliser et n’hésiteront pas à interroger leur vaste réseau, les Digital Natives sauront se donner les moyens de découvrir la vérité sur votre politique RH et managériale. Surtout, les Digital Natives n’ont pas froid aux yeux et n’hésiteront pas à partir s’ils ont l’impression d’avoir été bernés et que les promesses et avantages mis en avant ne sont en réalité pas fondés.

Il est donc essentiel pour vous en tant qu’entreprise de jouer carte sur table. Après tout, vous n’aurez rien à perdre à faire preuve de transparence, au contraire : un échec de recrutement est toujours difficile.

L’attractivité et l’innovation pour séduire les Digital Natives !

Visiotalent - Les Digital Natives bousculent le fonctionnement des entreprises - Robot Pepper

Une entreprise est aujourd’hui plus que jamais une marque. Elle doit donc soigner son image. Cela passe, comme on l’a vu par l’e-réputation et la transparence mais aussi par l’attractivité et l’innovation.
Contrairement aux générations précédentes, les Digital Natives n’ont pas peur de tourner les talons et de claquer la porte sans préambule ! Les carrières de plusieurs années, ne sont à ce jour, pas la priorité de cette génération qui a besoin de faire partie d’un projet. Les Digital Natives ont besoin de prendre part à une aventure et d’avoir une réelle utilité ! L’ennui ? très peu pour eux ! Se cantonner à une seule mission ? si on peut éviter… ils préfèrent ! Parce que justement, ils peuvent s’ennuyer rapidement et ont besoin d’être challengés !

Pour séduire les Digital Natives, n’ayez pas peur d’innover en bouleversant progressivement, le fonctionnement de votre entreprise !
La reconnaissance et les feedbacks réguliers seront également nécessaires pour fidéliser ces Digital Natives.

Après tout, ils sont cette nouvelle génération pleine de promesse qui d’ores et déjà contribuent à créer le monde de demain ! Il est donc normal qu’ils bousculent déjà le fonctionnement des entreprises.

Digitalisez vos processus de recrutement avec l’entretien vidéo !

Les Ressources Humaines sont en pleine disruption. On ne compte plus, depuis longtemps, le nombre d’articles sur ce sujet. On ne fera donc pas une tirade sur la transformation numérique des Ressources Humaines : Google vous donnera suffisamment d’informations sur le sujet.

Un processus de recrutement classique se veut long et chronophage pour chaque recruteur.

Parmi les nombreux outils RH qui émergent, l’entretien vidéo ne devrait pas vous laisser indifférent.

Les meilleures innovations sont souvent les plus simples. L’entretien vidéo n’échappe pas à la règle.

Au départ, l’idée est simple. Au lieu de passer un temps considérable avec chaque candidat en entretien téléphonique, proposez-leur de faire une vidéo pour qu’ils puissent défendre leur candidature et vous manifester leurs motivations pour le poste. Tout simplement.
Force est d’admettre que l’entretien vidéo, de par son caractère innovant mais simple, apporte de nombreux avantages, tant aux professionnels du recrutement qu’aux candidats. Chez Visiotalent, nous avons développé et pensé nos solutions et notre plateforme afin que vous ayez toutes les clefs en main pour mettre en place un recrutement optimisé.

Une solution d’entretien vidéo qui digitalise efficacement vos processus de recrutement !

Inviter un candidat à un entretien vidéo vous permet d’avoir un premier contact, plus humain. Vous pouvez cerner leur personnalité respective, leurs valeurs et leurs motivations plus aisément qu’en entretien téléphonique. En bref, vous les « connaissez » un peu mieux. Vous conservez l’entretien vidéo de chaque candidat jusqu’à ce que vous clôturiez la campagne de recrutement Visiotalent. Plus encore, chaque document demandé est conservé et centralisé sur la fiche de chaque candidat. Cette dernière fait alors office « d’historique » de l’entretien vidéo des candidats. Entretien vidéo, questions écrites, QCM, commentaires, documents annexes et notes personnelles : tout est centralisé pour plus de fluidité et d’ergonomie pour chaque recrutement.

L’entretien vidéo, outil collaboratif !

L'entretien vidéo, véritable outil collaboratif

Avec la plateforme d’entretien vidéo Visiotalent vous pouvez partager et échanger simplement avec vos collaborateurs, détenteurs d’un compte Visiotalent. A chaque étape du processus de recrutement vous pouvez envoyer des documents à vos collaborateurs qui peuvent traiter la candidature du candidat, directement via la plateforme d’entretien vidéo.
Vos collaborateurs ne disposent pas de comptes de Visiotalent ? Une fois que le candidat a effectué sa vidéo et que tous les éléments relatifs à sa candidature sont réunis, vous aurez la possibilité de transmettre la fiche de celui-ci à vos équipes – collaborateurs ou managers. L’optimisation de vos recrutements c’est aussi la simplification de vos échanges en interne.

L’entretien vidéo pour découvrir (vraiment) vos candidats.

Un candidat est avant tout une personne, un humain avec son vécu, sa personnalité, ses expériences et compétences. Au travers de la feuille A4 que vous avez reçu lorsqu’il a candidaté dans votre société, il a essayé de faire transparaître chacune de ses expériences et ses compétences – qui en vérité, ne tenait pas dans une feuille A4 mais comme il a du bon sens, il n’a gardé que ce qui semblait utile. Pour ce qui est de sa personnalité, de ses valeurs, de ses motivations ou encore de ses softskills il n’avait plus la place. Il s’est peut-être risqué à la rédaction d’une pénible et superflue lettre de motivation – que vous ne lirez peut-être même pas. Alors voilà. Son CV vous semble intéressant mais … qui est-il ? L’entretien téléphonique peut vous aider à répondre à cette question quand l’entretien vidéo peut vous apportez des éléments de réponses concrets tout en donnant la parole au candidat. Celui-ci répond aux questions que vous avez paramétré. Il est libre de s’entraîner autant de fois que nécessaire. Il répond à vos quelques questions – 4 ou 5 tout au plus. Et vous pouvez visionner la vidéo, la partager et mieux cerner le candidat en tant que personne. Vous allez au-delà du CV, comprenez ces motivations et valeurs.

Le temps. Une denrée rare en Ressources Humaines !

Un processus de recrutement classique et traditionnel est réputé pour être chronophage pour les recruteurs. Du traitement des CV aux entretiens physiques, le temps passé pour chaque processus de recrutement peut rapidement être très conséquent. Avec l’entretien vidéo vous économisez du temps de la pré-qualification des candidats à l’entretien physique lui-même.

Digitalisez vos processus de recrutement avec l’entretien vidéo vous apportera de nombreux avantages !

Réussir son recrutement étape par étape | Numéro 2 : Les erreurs à éviter lors de la pré-qualification !

#2 Les erreurs à ne pas commettre lors de la pré-qualification !

La pré-qualification des candidats est une phase du processus de recrutement qui vous permet de gagner un temps précieux. Que ce soit de façon classique par le biais d’un appel téléphonique ou de façon innovante avec un entretien vidéo différé, la pré-qualification est déterminante pour la suite du processus.

Quels sont les faux pas à éviter ?

  • Ne pas prévenir les candidats de votre appel.

La pré-qualification est un moment de stress pour le candidat. Contacter un candidat, sans l’avoir informé au préalable qu’il s’agissait d’un entretien de pré-qualification peut faire accroître ce stress.  Vous risqueriez de le contacter à un mauvais moment, où il n’est pas complètement concentré sur la discussion. Surtout, il n’aura très probablement pas eu le temps de se préparer ce qui risque d’augmenter considérablement son taux de stress ou pire, de le faire paniquer. En définitive, le candidat aura une mauvaise image de votre processus de recrutement et ne gardera pas un bon souvenir de cette prise de contact.

  • Choisir des horaires… impossibles !

Vous ne connaissez peut-être pas la situation professionnelle du candidat. Celui-ci peut être en poste dans une entreprise, le contacter aux horaires de bureau risque d’être problématique pour lui et il ne sera pas à l’aise. Il vous faut donc faire preuve d’adaptabilité et le contacter à des horaires plus « souples » comme à la pause déjeuner ou en fin de journée.

  • Confondre pré-qualification et entretien physique. 

La pré-qualification téléphonique ou vidéo et l’entretien physique sont deux choses très différentes ! Pré-qualifier un candidat vous permet de lui poser des questions afin de mieux comprendre ses motivations pour le poste à pourvoir ainsi que sa personnalité. C’est une étape du recrutement qui vous permet de vérifier que le profil du candidat, en tant qu’individu, correspond à l’entreprise, ses valeurs et sa culture. Centrez cette phase du processus de recrutement sur les soft skills ! Vous aurez tout le temps en entretien physique pour vous intéresser au CV de votre candidat, à son parcours, ses expériences et compétences.

  • Oublier que le recrutement est aussi une affaire de séduction. 

Donner envie, faire aimer, en recrutement c’est essentiel ! Le candidat connaît peut-être votre entreprise uniquement grâce à l’offre d’emploi que vous avez émise. Il est important que vous continuiez à susciter son intérêt en lui apportant des éclaircissements sur les missions du poste et l’entreprise ! Cette prise de contact est décisive pour le candidat, elle déterminera s’il a envie de continuer à s’investir pleinement pour tenter de décrocher le poste, il vous faut donc rendre les missions attractives – sans en faire trop et manquer de franchise. Le recrutement, les ressources humaines c’est aussi valoriser l’humain, le contact et un certain relationnel ! Ne soyez donc pas froid et austère, n’hésitez pas à faire preuve de convivialité !

Réussir la pré-qualification : nos conseils !

Concrètement, pour réussir l’étape de pré-qualification évitez de vous centrer sur les Hard Skills et intéressez-vous aux Soft Skills. Cette étape décisive pour le candidat mais aussi pour vous doit être un moment où l’échange est possible ! Vous aurez tout le temps qu’il vous faut en entretien physique pour questionner le candidat sur ses compétences techniques. Privilégiez les questions ouvertes, intéressez-vous à sa personnalité et ses motivations et ne posez pas trop de questions non plus. Dans le cas contraire, vous risqueriez de passer pour intrusif et d’amener à une fuite des talents dès cette phase du processus de recrutement !

Et si à la fin de la pré-qualification vous questionniez le candidat sur son ressenti suite à cette phase du recrutement ?

Avoir un retour de son expérience est un très bon moyen pour vous de mieux comprendre ce qui plaît et plaît moins. Vous évaluez et écoutez vos candidats et la meilleure façon pour vous de savoir, à cette étape ce qui va donner encore plus envie aux talents de continuer et de tout faire pour avoir le poste à pourvoir ! Parce que l’entretien téléphonique ou vidéo doit vraiment être l’occasion pour le candidat de vous prouver sa valeur, en tant que futur employé mais aussi en tant que personne. Allez au-delà des compétences en lui posant des questions pertinentes qui ne concernent pas que son CV, ses compétences et son savoir-faire ! Le savoir être, la personnalité sont essentiels et la pré-qualification est le moment idéal pour s’y intéresser : vous aurez tout le temps de vous attarder sur leur CV et leurs expériences lors de l’entretien physique.

Visiotalent - Réussir son recrutement - La pré-qualification : l'entretien vidéo différé

Certains outils, comme l’entretien vidéo différé peuvent vous aider à faire en sorte que cette phase du recrutement soit une réelle expérience, pour vous comme pour le candidat. Avec les solutions d’entretien vidéo différé, vous paramétrez quelques questions et invitez le candidat à y répondre, quand il le souhaite, en vidéo. Celui-ci est prévenu par mail et/ou sms que vous l’avez invité à la première étape du processus de recrutement : la pré-qualification par le biais d’un entretien vidéo différé. Il dispose alors de plusieurs jours pour répondre à vos questions, en vidéo, il peut alors s’organiser comme bon lui semble pour faire son pré-entretien ! Vous gagnez un temps considérable, une vidéo ne durant que 4 à 5 minutes maximum et proposez une façon innovante et digitale de pré-qualification à vos candidats.

Réussir son recrutement étape par étape | Numéro 1 : une offre d’emploi attrayante

#1 Rédiger une offre d’emploi attrayante

Vous avez décidé d’ouvrir plusieurs postes au sein de votre entreprise. La première chose est donc de communiquer sur ces postes à pourvoir. Votre premier réflexe va alors être de rédiger une offre d’emploi attrayante. Après quoi vous la partagerez sur votre site carrière, un jobboard ou encore les réseaux sociaux. Quelques jours plus tard, vous constatez que malgré une communication bien rodée, très peu de candidats vous ont envoyé leur candidature.
L’explication peut alors être que votre offre d’emploi n’est pas assez attrayante et contient des éléments qui peuvent effrayer les potentiels candidats.

Voici quelques erreurs à ne pas commettre pour rendre votre offre d’emploi attrayante.

  • L’utilisation de termes trop techniques.

Utiliser une floppée de termes techniques, propre à votre secteur ou votre entreprise peut être un réel frein pour le candidat qui ne comprendra pas votre recherche. Rester simple et utiliser des termes compréhensibles de tous, généraux est alors votre meilleure option. Un candidat n’est pas moins talentueux s’il ne connaît pas ou peu les termes propres à votre secteur d’activité ou entreprise.

  • Ne parler que de l’entreprise et ses besoins.

Centrer votre offre d’emploi sur votre entreprise et vos besoins ne donnera pas envie à un candidat de postuler. Bien évidemment, vous devez mettre en avant votre entreprise, sa culture et ses valeurs, c’est essentiel ! Mais il vous faut trouver la bonne mesure entre vous et le candidat. Pour cela, axez votre offre sur la personne que vous recherchez en lui parlant directement : privilégiez l’utilisation du « vous » et de « votre » aux « nous » et « notre ».

  • Une description de l’entreprise froide et trop élogieuse.

Faites preuve d’humilité ! Décrire votre entreprise est bien évidemment indispensable à toute offre d’emploi. Mais décrire votre entreprise ne veut pas dire faire son éloge ! Soyez humble et évitez les formules classiques qui ne veulent plus dire grand-chose telles que « jeune et dynamique », « acteur incontournable » et autres adjectifs que toute entreprise peut utiliser. Privilégiez les descriptifs honnêtes et clairs. N’hésitez pas à faire preuve d’originalité ! En bref, faîtes de votre mieux pour produire un descriptif clair, honnête et original qui transmet votre culture et vos valeurs tout en mettant en avant votre marque employeur, sans en faire trop bien sûr.

  • Ne donnez pas l’impression de rendre service aux candidats.

Ce n’est pas parce que vous embauchez que vous devez donner le sentiment aux candidats qui liront votre annonce de recrutement que c’est un privilège que vous leur faites. L’humilité est aussi de montrer que vous avez besoin de quelqu’un. Donner le sentiment au candidat que vous lui rendez service en lui proposant un poste risquerait plus de le faire fuir. Pour cela mettez en avant un descriptif du profil recherché et présentez les raisons qui devraient lui donner envie de vous rejoindre.

Un très bon exemple : Michel et Augustin !
Un très bon exemple : Michel et Augustin !

Rédiger une offre d’emploi attrayante n’est donc pas si simple.

Réel exercice, déterminant pour votre processus de recrutement, il est à prendre très au sérieux.
Alors lorsque vous cherchez à recruter, vous devez vous mettre à la place du candidat et le séduire pour qu’il accepte de s’investir à vos côtés. Votre annonce de recrutement doit donc être synthétique et claire, évitez les contenus trop longs qui décourageront votre lecteur.
Une offre d’emploi bien organisée est aussi un véritable atout : le candidat doit voir rapidement les informations clés qui pourraient l’inciter à postuler. Soyez humble et mettez en avant vos valeurs et votre culture d’entreprise afin d’augmenter votre attractivité. N’hésitez pas à faire preuve d’honnêteté en donnant clairement les difficultés du poste.
Enrichir votre annonce de recrutement de contenus visuels ludiques est un moyen supplémentaire de donner envie aux candidats d’intégrer votre processus de recrutement.

N’ayez pas peur d’innover !

OpenSourcing France innove avec des offres d'emploi sous la forme d'infographie
OpenSourcing France innove avec des offres d’emploi sous la forme d’infographie
Une offre d'emploi innovante et créative qui défie les candidats, par Microsoft UK
Une offre d’emploi innovante et créative qui défie les candidats, par Microsoft UK

Laissez parler votre créativité et intéressez vous aux nouvelles solutions pour optimiser et moderniser vos recrutements. Aujourd’hui, ces solutions peuvent vous accompagner à chacune des étapes du recrutement.Parmi elles, on retrouve des tests de personnalité, des ATS et bien sûr l’entretien vidéo différé etc… Ne vous privez donc pas de ses nouvelles technologies ! Analyser et comprendre ses failles pour y remédier par le biais de ses différentes solutions est la première étape pour rendre vos processus de recrutement efficaces.

Connaissez-vous Visiotalent ? Implémentez la vidéo dans vos processus de recrutement !

RH : Comment analyser la personnalité d’un candidat lors d’un entretien ?

Depuis quelques temps, de nombreux articles sur l’importance de la personnalité d’un candidat dans le processus de recrutement et plus spécifiquement lors d’un entretien fleurissent massivement sur le web !

En effet, de nombreux professionnels débattent et s’interrogent sur la primordialité de la personnalité en entreprise.
Nous nous sommes nous-même prêtés à l’exercice avec notre article sur les Soft Skills.

Mais au-delà de ce débat sur l’importance de la personnalité lors d’un recrutement, nous nous sommes posés la question : comment les RH font-ils pour déterminer que la personnalité d’un candidat est en corrélation avec le poste à pouvoir, l’entreprise et ses équipes ?

Pour répondre à cette question, nous nous sommes tournés vers ceux qui auraient les réponses : les RH.

Analyser la personnalité d’un candidat pour y trouver des valeurs communes avec l’entreprise.

Tout d’abord, il faut savoir que quand on parle de la personnalité d’un candidat, dans le cadre d’un recrutement, on parle des valeurs qu’il peut avoir en commun avec l’entreprise, dans un premier temps ; avec les équipes dans un second temps. Pour que ce matching soit une réussite il est important de s’assurer que la personne ait les mêmes valeurs que l’entreprise. Par exemple l’adaptabilité ou l’organisation. Pour faire simple, une personne qui n’est pas très organisée ou qui a des difficultés à faire preuve d’adaptabilité alors que cela fait partie des valeurs de l’entreprise, communes à toutes les équipes, ne correspondra pas au profil recherché pour ce poste et cela même si toutes les compétences requises sont bien là.

Au-delà de l’entreprise, c’est également avec les équipes que les valeurs doivent être communes, d’autant plus si c’est un poste où le travail d’équipe est central. Prenons de nouveau un exemple : s’il y a une certaine bienveillance et entraide au sein de l’équipe et que le candidat est plutôt du genre compétiteur que partenaire, même en interne, le matching risque de ne pas être au rendez-vous.
Afin de déterminer si matching il peut y avoir, le RH se doit d’être très analytique. De plus, pour éviter de passer à côté d’une personnalité, d’un talent il s’accompagne du manager. L’idée est d’avoir non pas un, mais des points de vue !

Confronter les opinions.

Analyser rationnellement une personne en fonction de la réalité des besoins d’un poste n’est pas évident. Pour que cette analyse soit la plus réussie possible, le RH se doit d’être objectif, l’affectif ne doit pas entrer en compte : ce n’est pas parce qu’on est ami avec une personne que professionnellement on est sur la même longueur d’ondes et qu’on peut travailler ensemble.

Pour analyser la personnalité d’un candidat ainsi que sa motivation, le RH a ses trucs et astuces… Parmi eux, le fait d’être accompagné ! La présence du manager de l’équipe est un véritable plus, sa présence a deux buts essentiels :

  • Checker les compétences du candidat pour le poste et le potentiel matching avec son équipe
  • Donner ses impressions, son point de vue, son ressenti qui peut être différent de celui qu’a eu le RH

 

Des besoins et des attentes similaires.

Afin de s’assurer que le matching est bien là et qu’il s’inscrit sur le long terme, le RH doit s’assurer que les besoins et attentes du candidat quant au poste, sont identiques à ceux de l’entreprise. Il est donc important d’être honnête pour les deux parties et de jouer carte sur table, sans bluff, ni faux semblants.
Le but est d’éviter que le recrutement ne vire à « l’erreur de casting » !
Un recrutement raté est un échec aussi bien pour l’entreprise que pour le candidat et les conséquences peuvent être multiples.

Quoi qu’il en soit, s’il y a bien un élément à ne pas oublier de prendre en compte c’est que chaque profil est différent. Cela permet de faire en sorte que les perspectives d’évolutions soient différentes pour les deux parties. Pour les entreprises, lorsque la personnalité d’un candidat est atypique, c’est un atout différenciant, qui insuffle un nouveau dynamisme à une équipe.

 

Quelles sont les conséquences d’un mauvais recrutement ?

Chaque recrutement demande un investissement en temps et en argent pour les entreprises. Alors lorsque celui-ci est un échec, les pertes pour l’entreprise peuvent rapidement être importantes.

Quel est l’impact d’un mauvais recrutement ? Combien cela coûte à l’entreprise ? Comment peut-on éviter que cela se (re)produise ?

Qu’est-ce qu’un mauvais recrutement ?

On parle d’une « erreur de casting » lorsque le départ du collaborateur a lieu dans l’année qui a suivi son arrivée dans l’entreprise. On estime que le recrutement est raté lorsque la personne ne correspondait finalement pas au profil recherché.

Quelles sont les conséquences de cet échec ?

Les conséquences d’un mauvais recrutement se mesurent financièrement mais aussi humainement.

On parle de conséquences financières tout d’abord, puisqu’un recrutement peut coûter cher à une entreprise. Entre le coût qu’a engendré le recrutement, le coût généré par l’intégration du salarié avec notamment les formations et la perte financière amenée par les opportunités business, nous arrivons déjà à une perte qui se compte en milliers d’euros.

Bien qu’il soit difficile d’évaluer avec précision le coût d’un recrutement, nous ne pouvons qu’admettre que les pertes mesurables ou non peuvent être importantes. Entre l’investissement financier de l’entreprise pour embaucher et former la personne, la baisse de motivation qu’engendre le départ auprès d’une équipe qui doit assumer une charge de travail supplémentaire, le retard pris dans le travail et donc la baisse de productivité si le remplacement prend trop de temps… Le total des pertes engendrées par cette erreur de casting peut facilement donner le tournis.

La dernière étude effectuée par Career Builder parle d’une perte pouvant aller jusqu’à 50 000 €. Parallèlement, Digital Recruiters et Exclusive RH révèlent dans leur infographie un coût oscillant entre 20 000 € et 200 000 €. Le coût dépend en réalité de l’entreprise et de l’investissement mis dans le recrutement de ce salarié. On peut donc aisément estimer un coût allant entre six mois et un an de salaire. S’y ajoutent d’autres frais qui comprennent ceux liés à la gestion administrative et aux salaires versés ainsi que ceux qu’engendrent la reprise d’un processus de recrutement et les éventuelles indemnités de licenciement, entre autres.

Comment justifier un tel coût ?

En définitive, on peut conclure que le coût d’une erreur de recrutement dépend de :

  • La durée totale où le salarié est resté en poste (les frais annexes et les salaires compris)
  • La politique RH de l’entreprise (le processus de recrutement, l’accompagnement et le suivi du candidat suite à son embauche)
  • Le coût de l’intégration du salarié (comprenant notamment les formations)
  • Le retour sur investissement

C’est donc un coût réel pour l’entreprise qui doit comprendre les raisons de cet échec pour éviter qu’il se reproduise.

Quelles sont les causes d’un mauvais recrutement ?

Elles peuvent être multiples et émaner aussi bien de l’entreprise que du candidat lui-même. En effet, lorsque le candidat manque de franchise ou qu’il a mal identifié ses attentes et besoins envers l’entreprise, bien souvent cela mène à un échec de recrutement. L’épanouissement professionnel de chacun étant aujourd’hui une réelle préoccupation, il arrive que le salarié ne se retrouve finalement pas dans l’entreprise, ses valeurs et sa culture, ou les missions qui lui ont été confiées. Il préférera donc partir.

Autre raison de cet échec, le manque de préparation du recruteur. Il est important d’indiquer avec précision les missions clés du poste et le type de profil recherché. Si le recruteur a eu du mal à définir ces éléments clés parce qu’il ne connaissait pas assez le poste, le recrutement a de plus grands risques d’aboutir sur un échec.

Lors d’un recrutement, l’intégration est une étape importante qu’il ne faut pas négliger. Outre l’intégration au sein des équipes de travail, celle-ci se fait tout au long de l’année qui a suivi l’embauche afin d’apporter les formations et l’encadrement nécessaires à cette nouvelle collaboration.

Identifier les éléments qui ont participé à cet échec…

Un recrutement est donc un processus long qui continue après l’embauche du salarié et qui s’inscrit dans une continuité. Se remettre en question et identifier les éléments qui ont pu conduire à cet échec est essentiel pour éviter que cela se reproduise. Un recrutement raté représente donc une perte financière et humaine importante pour l’entreprise. La collaboration, la communication en interne, avec les équipes est un bon moyen d’éviter que ces erreurs ne se reproduisent. Mettre en place des outils digitaux pour optimiser ces processus de recrutement afin d’identifier la personne qui correspondra le mieux au profil et au poste peut être également une aide précieuse.

Au travers de nos recherches, nous constatons qu’il est aujourd’hui difficile de donner un coût précis pour un mauvais recrutement. Prochainement, nous tenterons donc, au travers d’une infographie, d’apporter des éléments de réponses sur le coût d’un mauvais recrutement selon les entreprises.